Se préparer & s'organiser
L'étude de marché & la prospection
L'avis de valeur & la stratégie commerciale
La prise de mandats
Les annonces immobilières & les visites
La négociation & l'offre d'achat
La promesse & l'acte authentique
Vos questions fréquentes

Le vide sanitaire

Le vide sanitaire permet de prévenir les risques naturels et d’apporter plus de confort. Il s’agit d’une surélévation du plancher du rez-de-chaussée sur une hauteur de minimum 20cm mais qui est souvent de 40 à 60cm. Cela amène un espace vide sous le bien et le volume d’air entre le plancher et le sol permet une meilleure isolation tout en évitant les remontées d’eau et d’humidité ainsi que les risques liés à des inondations.

Il permet également de faire passer des canalisations, le mieux étant alors de le garder accessible en prévoyant une hauteur de 60cm.

La dalle sur le vide sanitaire peut être en béton armé, constituée d’un plancher poutrelles-hourdis ou collaborant, à ossature bois…

Les différents types de fondations

Ces fondations sont de faible profondeur et sont utilisées lorsque :

  • le sol capable de la portance nécessaire se trouve en profondeur
  • la résistance des couches au cisaillement est suffisante
  • la déformabilité du sol est faible

Il s’agit d’un procédé économique dans le cas où le sol porteur est accessible par des moyens courants de terrassement (pour des profondeurs comprises entre 1m et 4m maximum).

Elles sont constituées par des semelles ayant une plus grande largeur que l’élément supporté de façon à ce que le taux de compression du sol ne dépasse pas son taux de compression admissible.

Elles peuvent être :

  • en briques
    • Au fin fond de la tranchée on dépose une première assise de briques sur couche de sable rude. 
    • Sur toute cette largeur de basse on maçonne au moins 2 assises. 
    • On rétrécit ensuite progressivement chaque ensemble de deux assises jusqu’à ce que l’on obtienne l’épaisseur ou mur voulue. 
    • La tangente aux recoupements ne peut être inclinée de plus de 60° par rapport à l’horizontale.
    • Ce qui dépasse l’angle de 60° subit des force de traction :une maçonnerie de broques ne peut y résister. 
  • en moellons
    • Au fond de la tranchée on met une couche de béton de propreté. 
    • Ensuite on met une couche de mortier de 3 à 4 cm d’épaisseur puis on pose les moellons en les bloquant et les liaisonnant convenablement avec du mortier.
  • en béton damé
    • La coupe de la fondation en béton damé à la forme d’un trapèze isocèle dont les
      angles à la basse ont au moins 60°.
      Le béton peut être coffré ou coulé directement entre les deux parois de la fouille. Il doit être de consistance « terre humide » et soigneusement damé lors de la mise en place.
      Ce béton est parfois légèrement armé pour constituer un chaînage qui peut être nécessaire si le sol n’est pas homogène.


Source : BTP Cours

Le radier général se présente sous la forme d’un plateau de fondation qui transmet les charges de la construction sur le sol par une surface égale ou supérieure à celle de l’ouvrage. Il peut être constitué :

  • Soit par une simple dalle épaisse
  • Soit par des poutres longitudinales et transversales liant les piliers porteurs et soutenant une dalle plus mince

Cette solution peut être adoptée :

  • lorsque le sol est peu résistant mais homogène.
  • lorsque la surface de la construction est petite par rapport à sa hauteur ou à son poids (gratte-ciel, silos, est ..).
  • lorsqu’on veut obtenir un sous-sol étanche pour une construction assise dans une nappe d’eau souterraine.


Source : BTP Cours

Lorsque le bon sol se trouve à plusieurs mètres de profondeur il serait trop coûteux de descendre des fondations classiques à la profondeur voulue à cause :

  • Du volume de terre à enlever
  • Des étayages à mettre en place
  • De la difficulté d’exécution de telles fouilles

On fait alors reporter la charge sur le bon sol par des points d’appui séparés. On distingue deux procédés :

  • Les « puits » : on creuse des « puits » de 1 m au moins de diamètre jusqu’au bon sol et on les remplit d’un béton non armé qui sert de fondation.
  • Les « pieux » : on enfonce dans le sol des éléments en béton armé d’un diamètre de +/- 40 cm et d’une longueur pouvant atteindre plus de 20 m si nécessaire.
    Des longrines liant en tête ces pieux ou ces puits assurent à la maçonnerie une assise stable et plane .
    L’étude des fondations profondes relève de l’ingénieur et se fait en liaison avec des firmes spécialisées, à la suite d’essais.


Source : BTP Cours

Nos autres rubriques