Se préparer & s'organiser
L'étude de marché & la prospection
L'avis de valeur & la stratégie commerciale
La prise de mandats
Les annonces immobilières & les visites
La négociation & l'offre d'achat
La promesse & l'acte authentique
Vos questions fréquentes

Les diagnostics

Bien qu’il soit préférable de récupérer les différents diagnostics (obligatoires ou non) lors de la phase d’estimation pour affiner cette dernière, il arrive très souvent que ces derniers ne soient réalisés ou communiqués qu’au moment de la prise de mandat.

Ces différents diagnostics sont importants car ils ont pour objectif d’informer l’acquéreur ou le locataire sur différents aspects du bien concerné. Ils doivent être répertoriés dans ce qu’on appelle un dossier de diagnostic technique (DDT)

Il existe une dizaine de diagnostics obligatoires que le vendeur doit vous remettre afin que vous puissiez mettre en place l’annonce.

Les diagnostics et informations obligatoires

Il concerne les constructions d’avant 1949.

Il a pour objectif de vérifier la teneur en plomb qui ne doit pas être supérieure à 1mg/cm².

Il doit comprendre le rapport du diagnostiqueur ainsi qu’une notice d’information sur les dangers du plomb pour la santé.

En cas de présence de plomb, le diagnostic est valable 1 an. Si le diagnostic rapporte une détection inférieure au seuil réglementaire, il est alors valide indéfiniment.

Il concerne les logements dont le permis de construire a été délivré avant juillet 1997.

Il faut noter que les dépendances d’un logement sont également concernées.

Si le diagnostic a été réalisé avant le 1er avril 2013, il doit alors être renouvelé.
S’il a été réalisé à partir du 1er avril 2013, il est alors valide de manière illimitée. Néanmoins, dans ce dernier cas, il est conseillé de faire réaliser un nouveau diagnostic lors de la mise en vente car certains travaux de rénovation peuvent mettre en évidence des matériaux ou produits contenant de l’amiante.

Ce diagnostic concerne uniquement les logements situés dans des zones déclarées par arrêté préfectoral, vous pouvez les retrouver sur le site du service-public.fr.

Il doit mentionner :

  • le bien concerné
  • les parties visitées
  • les éléments infestés (ou l’ayant été) par la présence de termites


Sa validité est de 6 mois, il n’empêche pas la vente mais permet d’informer l’acquéreur potentiel.

Ce diagnostic sur l’état de l’installation intérieure de gaz permet d’obtenir un aperçu de la sécurité des installations de gaz du bien suivant une méthodologie strictement réglementée.

Il concerne les logements dont l’installation a plus de 15 ans.

Si des installations au gaz sont présentes dans des dépendances, ces dernières sont également concernées.

Il a une durée de validité de 3 ans.

Ce diagnostic sur l’état de l’installation intérieure d’électricité permet, comme pour le gaz, de vérifier la bonne sécurité des installations électriques du bien suivant une méthodologie strictement réglementée.

Il concerne les installations de plus de 15 ans.

A noter : une attestation de conformité du Consuel (Comité national pour la sécurité des usagers de l’électricité) peut remplacer ce diagnostic si elle a été émise il y a moins de 3 ans.

Le diagnostic a également une durée de validité de 3 ans.

Ce diagnostic permet d’informer le futur acquéreur de l’existence de nuisances sonores aériennes.

Pour savoir si ce dernier doit ou non être réalisé, il existe des plans d’exposition au bruit (PEB) disponibles en ligne.

Pour le réaliser, il faut remplir un formulaire disponible sur le site ecologie.gouv.fr

Ce diagnostic permet d’informer le futur acquéreur des risques et pollutions liés au bien.

Cet état des risques et pollutions est obligatoire si le bien est situé dans un secteur défini (source : service-public.fr):

  • Zone exposée aux risques délimitée par un plan de prévention des risques naturels prévisibles approuvé ou des risques miniers résiduels approuvé par le préfet
  • Zone de sismicité de niveau 2, 3, 4 ou 5 (le plus élevé)
  • Zone à potentiel radon (gaz radioactif) de niveau 3 (le plus élevé)
  • Périmètre d’exposition aux risques délimité par un plan de prévention des risques technologiques approuvé par le préfet
  • Périmètre mis à l’étude dans le cadre de l’élaboration d’un plan de prévention des risques technologiques ou d’un plan de prévention des risques naturels prévisibles prescrit par le préfet

Il est rempli par le vendeur grâce à un formulaire selon les informations contenues dans l’arrêté préfectoral.

Le vendeur doit également mentionner si le bien a subi un sinistre ayant donné lieu au versement d’une indemnité pour catastrophe naturelle ou technologique.

La durée de validité est de 6 mois.

A noter : le contenu du diagnostic, la liste des zones concernées et les conditions de remise au propriétaire ou locataire sont complétés par l’article 236 de la loi n°2021-1104 et entreront en vigueur après parution d’un décret qui sera publié au plus tard le 1er janvier 2023.

Si le bien n’est pas raccordé au réseau public des eaux usées, ce diagnostic est nécessaire et fait suite à un contrôle par la commune (SPANC : Service Public d’Assainissement Non Collectif) de l’installation d’assainissement.

En cas d’identification de dysfonctionnements et/ou de risques pour la santé ou l’environnement, des travaux de mise en conformité doivent être faits dans l’année qui suit. Ces derniers peuvent être faits par l’acquéreur dès lors qu’il accepte d’acquérir le bien en l’état.

Il doit dater de moins de 3 ans.

A noter : l’article 63 de la loi n°2021-1104 du 22 août 2021 indique une modification de la procédure de contrôle du raccordement d’un immeuble au réseau d’assainissement à partir du 1er janvier 2023.

Ce diagnostic sert à évaluer la consommation d’énergie et les taux d’émission de gaz à effet de serre du bien.

Il est obligatoire dans tout logement occupé plus de 4 mois par an.

Il doit contenir un certain nombre d’informations que l’on retrouve sur le site service-public.fr dont nous citons la liste ci-après :

  • Caractéristiques du logement et descriptif de ses équipements de chauffage, production d’eau chaude sanitaire, refroidissement, ventilation et pour chaque catégorie d’équipements, conditions de leur utilisation et gestion qui ont des incidences sur les consommations énergétiques
  • Indication de la quantité annuelle d’énergie consommée ou estimée pour chaque catégorie d’équipements et évaluation de ces dépenses annuelles de consommation
  • Évaluation de la quantité d’émissions de gaz à effet de serre (GES) liée à la quantité annuelle d’énergie consommée ou estimée
  • Information sur les énergies d’origine renouvelable produites par les équipements installés et utilisées dans le logement
  • Information sur les conditions d’aération ou de ventilation de votre logement, accompagnée de recommandations pour améliorer ces performances
  • Classement du logement en application d’une échelle de référence (étiquette Énergie), prenant en compte la zone climatique et l’altitude, réalisé en fonction de la quantité annuelle d’énergie consommée ou estimée rapportée à la surface du logement, pour le chauffage, le refroidissement, la production d’eau chaude sanitaire, l’éclairage et les auxiliaires de chauffage, de refroidissement, d’eau chaude sanitaire et de ventilation
  • Classement du logement prenant en compte la zone climatique et l’altitude (étiquette Climat), établie en fonction de la quantité d’émissions de gaz à effet de serre rapportée à la surface du logement, pour le chauffage, le refroidissement, la production d’eau chaude sanitaire, l’éclairage et les auxiliaires de chauffage, de refroidissement, d’eau chaude sanitaire et de ventilation
  • Recommandations pour améliorer la performance énergétique du logement accompagnées d’une évaluation de leur coût et de leur efficacité. Ces recommandations ne doivent pas avoir pour effet d’augmenter la quantité de GES liée à la quantité annuelle d’énergie consommée ou estimée
  • Dernière attestation d’entretien annuel de la chaudière
  • Éventuellement éléments d’appréciation sur la capacité du logement à assurer un confort thermique en période estivale

Une fois le diagnostic fait, le diagnostiqueur transmet les résultats à l’Ademe qui délivre alors un numéro à 13 chiffres permettant d’attester de la validité du DPE.

A noter : il deviendra opposable au 1er juillet 2021.

En théorie valable 10 ans, de récentes dispositions ont été prises et les durées de validité de certains DPE ont été raccourcies :

  • les DPE réalisés entre le 01/01/2018 et le 30/06/2021 sont valables jusqu’au 31/12/2024
  • les DPE réalisés entre le 01/01/2013 et le 31/12/2017 sont valables jusqu’au 31/12/2022

De plus, à compter du 1er septembre 2022, pour vendre un logement porteur d’une étiquette énergétique allant de D à G, il sera nécessaire de réaliser un audit énergétique.

Il ne s’agit pas là d’un diagnostic obligatoire, néanmoins si le bien est situé dans une zone à risque délimitée par arrêté préfectoral, le vendeur a un devoir d’information sur le risque de présence de mérule.

Le diagnostic n’est donc pas obligatoire mais il reste recommandé en cas de suspicion d’infestation, ce, afin d’éviter tout recours devant les tribunaux. Différents indices peuvent alerter :

  • Traces d’humidité
  • Présence d’odeur de champignon
  • Situation de la commune en zone à risque
  • Traces blanches ou poussières orangées sur le bois
  • Parties de bois gondolées ou ramollies
  • Logement abandonné et mal aéré depuis longtemps
  • Isolation trop dense du bois
Tableau expliquant le champ d'application et la durée de validité de chaque diagnostic

Nos autres rubriques